Commémoration de la rafle de la rue Sainte Catherine

Commémoration de la rafle de la rue Sainte Catherine

plaque

Le 9 février 1943, à Lyon, la Gestapo, sur ordre de Klaus Barbie, arrêtait 86 personnes au 12 de la rue Sainte-Catherine qui abritait alors un bureau d'aide pour les Juifs. 80 furent déportées dans les camps d'extermination de l'Allemagne nazie, seules 3 ont survécu.

Une cérémonie du souvenir aura lieu dimanche 11 février à 11 heures en présence de Serge Klarsfeld, Président de l’Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France  avec :

- Georges Kénépian, maire de Lyon,

- Jean-Dominique Durand, adjoint au maire, délégué au Patrimoine, à la Mémoire, aux Anciens Combattants et aux Cultes,

- Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1 ère arrondissement,

Nicole Bornstein, Présidente du CRIF Rhône-Alpes.

 

A1688 : Des souvenirs qu'on ne peut pas effacer..
 

Cette plaque a été inaugurée en février 2011 en présence de M. Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux, Mme Simone Veil, ancienne ministre, et M. Gérard Colomb, sénateur-maire de Lyon.

À lire sur le site Mémorial de la Shoah

- Le contexte,

- Le déroulement de la Rafle,

- La liste des juifs arrêtés 

 

Nos derniers articles

Yom invente une liturgie contemporaine inédite, à la croisée des traditions juive et chrétienne, en faisant dialoguer sa clarinette avec les grandes orgues de Baptiste-Florian Marle-Ouvrard.
L’ICCJ (International Council of Christians and Jews) assure la coordination entre 38 organisations nationales consacrées au dialogue judéo-chrétien. L’Amitié Judéo-Chrétienne de France en fait partie.