Être juif en France, revue des deux mondes

Être juif en France, revue des deux mondes

Revue deux mondes

 Ces cinq dernières années, les actes antisémites ont représenté, selon le ministère de l’Intérieur, 40 % des actes racistes recensés en France, alors que les juifs comptent moins de 1 % de la population. Même s’ils sont, à juste titre, inquiets et vigilants face au nouvel antisémitisme, peu de juifs français considèrent l’alya, le départ pour Israël, comme une véritable alternative. Qu’est-ce qu’être juif en France ?  par  le 24 novembre.

Sommaire du numéro double décembre-janvier :

Dossier : Être juif en France, des origines à nos jours
→ Entretien avec Marceline Loridan-Ivens et Dominique Schnapper : « Simone Veil et le judaïsme »
À travers leurs expériences intimes ou professionnelles, l’écrivain-cinéaste Marceline Loridan-Ivens et la sociologue Dominique Schnapper évoquent la personnalité de Simone Veil, son rapport à ses origines et à son judaïsme. 

→ Les juifs en France à l’époque médiévale, par Michaël Bar-Zvi
La présence des juifs sur le territoire français date du Ier siècle. En se focalisant sur le Moyen-Âge, le philosophe Michaël Bar-Zvi relève ce que doit la nation française à la communauté juive tant sur le plan politique que culturel. 

→ « L’émancipation au son du clairon », par Béatrice Philippe
Les juifs en France ont acquis l’égalité civile et politique de façon symbolique à la Révolution. Mais il faudra des années pour que cette égalité devienne réelle dans les faits, démontre l’historienne Béatrice Philippe. 

→ Entretien avec Delphine Horvilleur : « Dieu se moque de savoir si l’on croit en lui »
Crise du sacré, repli identitaire, fondamentalisme, antisémitisme, laïcité : le rabbin Delphine Horvilleur répond aux interrogations à la lumière d’un judaïsme libéral qu’elle incarne. 

→ « Raymond Aron : la judéité, Israël, la double appartenance », fragments présentés par Ran Halévi
C’est Hitler qui, dans les années 1930, révèle à Raymond Aron son judaïsme. Les extraits sélectionnés par Ran Halévi permettent de découvrir la pensée du philosophe sur la judéité, l’antisémitisme et Israël. 

→ La judéophobie dans la France d’aujourd’hui, par Pierre-André Taguieff
Une nouvelle vague anijuive déferle sur la France depuis 2000. Plutôt que de renaissance, Pierre-André Taguieff préfère parler de réinvention. Il décèle trois causes : l’antisionisme radical d’extrême gauche, le propalestinisme et l’islamisme. 

→ Et aussi : Sébastien Lapaque, Eryck de Rubercy, Marc Weitzmann, Alain Minc, François Heilbronn et Joseph Voignac.


Littérature
→ Inédit. Alice Zéniter : « Comment rencontrer un pays »
L’auteure de l’Art de perdre (Gallimard, prix Goncourt des lycéens 2017) raconte son voyage en Algérie

 

http://www.revuedesdeuxmondes.fr/nouveau-numero-etre-juif-france/

 

Focus sur le nouvel antisémitisme dans le dernier numéro de la Revue des deux Mondes

Par  | 27 novembre 2017 | 

« Revue des deux Mondes » (décembre 2017-janvier 2018).

Alors que les actes antisémites ont représenté 40 % des actes racistes enregistrés en France au cours des cinq dernières années (et que les Juifs constituent moins de 1% de la population), la Revue des deux Mondes consacre son dernier numéro à la condition juive en France. L’occasion de dresser un état des lieux de la « nouvelle judéophobie » comme a proposé de la désigner Pierre-André Taguieff au début des années 2000.

Commentant les affaires Gérard Filoche et Tariq Ramadan, le chercheur insiste sur l’installation, « à l’extrême gauche et dans les milieux islamistes », d’une vulgate antijuive qui ne serait que « la confirmation de la grande diffusion des thèmes centrés sur la diabolisation des juifs, notamment grâce aux réseaux sociaux qui sont le principal vecteur des insultes et des menaces antijuives, et plus largement de tout ce qui est de l’ordre des rumeurs malveillantes et des récits de complot ».

Quant à l’extrême droite, elle est selon lui « assez peu mobilisée, notamment du fait qu’elle a le regard tourné vers l’immigration d’origine extra-européenne et ce qu’elle perçoit comme une islamisation des nations européennes ».

« Si des marginaux de l’extrême droite, comme les réseaux d’Alain Soral ou les animateurs de l’hebdomadaire Rivarol, sont impliqués dans la mobilisation antijuive actuelle, l’extrême gauche, alliée avec les milieux islamistes dans l’agitation « antisioniste », joue un rôle infiniment plus important », estime Pierre-André Taguieff.

La suite de l’interview est à lire ici.