Roch Hachana, les juifs entrent dans l'année 5778

Roch Hachana, les juifs entrent dans l'année 5778

rcf

Du 20 au 22 septembre, les juifs fêtent Roch Hachana. Dans le judaïsme, le nouvel an est placé sous le signe de l'introspection.

Se mêlent solennité, austérité et joie

Connaître le judaïsme RCF émission présentée par Elise Chardonnet

Mercredi 13 septembre à 16h00

Durée émission : 25 min

Roch Hachana, les juifs entrent dans l'année 5778

© Benjamin BARDA/CIRIC - Le miel et la pomme, deux des aliments présentés sur la pour la fête de Roch Hachana, le nouvel an juif,

.Du soir du 20 septembre jusqu'au soir du 22 septembre 2017, les juifs célèbrent Roch Hachana. Et entrent dans l'année 5778.
Un début d'année qui ne résonne pas de la même manière qu'un 1er janvier!
C'est sous le thème de la repentance et de l'examen de conscience que s'ouvre la nouvelle année.

 

Le mois de tishrit ponctué de fêtes

En réalité, le calendrier juif célèbre plusieurs débuts d'année, mais le plus important, celui qui fait passer d'une année à l'autre est bien Roch Hachana. Une fête célébrée les 1er et 2è jours du mois de tishri, le septième mois de l’année ecclésiastique. Une période dense en fêtes et très dense sur le plan spirituel, puisque viendront ensuite Yom Kippour puis Souccot. "Un véritable marathon pour les rabbins, témoigne Nissim Sultan, mais aussi rempli de spiritualité."
 

Roch Hachana, jour du jugement

Comme le dit le rabbin, "on commence l'année avec un bilan". Roch Hachana ouvre une période de 10 jours de pénitence et d'introspection sur l'année écoulée. 10 jours qui mènent à Yom Kippour, le grand pardon. Puis, cinq jours après, place à la Fête des Cabanes, ou Souccot, qui est un temps de joie. "Il coïncide dans le récit biblique avec le retour des nuées, explique Nissim Sultan, les Hébreux avaient été privés de nuées à cause de la faute du veau d'or ; les nuées qui enveloppent rappellent la cabane." La fête de Souccot dure sept jours, et au terme de ces sept jours, on termine la lecture de la Torah pour la recommencer après.

 

Invité

  • Nissim Sultan , rabbin de la synagogue Bar Yohaï du consistoire de Grenoble