SIGNER, Un nouveau langage pour l'humanité, Interview sur FRANCE CULTURE et documentaire sur KTO

SIGNER, Un nouveau langage pour l'humanité, Interview sur FRANCE CULTURE et documentaire sur KTO

SIGNER

Dans son film SIGNER, Nurith Aviv s´aventure dans un champ peu connu, celui des langues des signes. Ces langues sont diverses, chacune a sa propre grammaire sa propre syntaxe, complexe et riche. Trois générations de protagonistes, sourds et malentendants, mais aussi les chercheuses du Laboratoire de Recherche de Langue des Signes de l´université de Haïfa, s´expriment sur des langues qui ont émergé en Israël au siècle dernier, rejoignant les questions chères à Nurith Aviv de la langue maternelle, la traduction, la transmission. Une innovation à élargir notre perception des langues humaines.
UNE COPRODUCTION 24 IMAGES/KTO 2017 -
Réalisé par Nurith Aviv 

A voir sur la chaîne KTO ,

jeudi 14H 25, vendredi 7 h45 et 23 h,  lundi 26 à 16 h ou en cliquant sur le lien

A écouter en replay Emission Talmudiques du 18 mars

Au commencement, raconte le texte biblique, Dieu créa le ciel et la terre, puis façonna l’homme poussière de la terre. Il lui insuffla un souffle de vie, c’est-à-dire selon les commentateurs qu’il lui donna la parole.

Mais dès lors naquit la question qu’est-ce que parler ? L’hébreu choisit de le dire Dibbour une racine qui ne signifie pas émettre un son mais « aller d’un endroit à l’autre » comme l’abeille, dvora, qui butine d’une fleur à l’autre, comme le troupeau qui va d’un pâturage à l’autre, midbar, comme ces radeaux, dvorot, qui amènent du bois d’une côte à l’autre. 

Parler, c’est produire du lien, un trajet qui va d’un homme à l’autre, c’est ainsi communiquer du sens, transmettre un message, une émotion. 

Et dès lors parler n’appartient pas seulement à l’univers vocal et auditif mais à tout univers de communication réalisé à travers un monde de signes. Signe sonore, signes traces, signes symboles et signes gestes du corps.

« Écouter », dit l’hébreu à sa façon, c’est aussi « regarder », « poser un œil » chema’, sam ayin

« Écouter », c’est regarder les signes qu’envoie les êtres vivants et le monde et ainsi entrer en lien avec eux et les comprendre. Salomon entendait le langage des animaux et Rabbi Nahman de Braslav celui des herbes et des arbres des champs !

Ces signes, les anciens les faisaient avec leurs yeux et leurs pieds et leurs mains et leurs doigts, comme le dit justement le roi Salomon au chapitre 6 du Livre des proverbes. Sensible à cet homme qui était  קֹרֵ֣ץ בְּ֭עֵינָיו מֹלֵ֣ל בְּרַגְלָ֑ו מֹ֝רֶ֗ה בְּאֶצְבְּעֹתָֽיו qorèts béénav, mollèl beraglav moré Beéstabotav, c’est-à-dire « faisait des signes avec ses yeux, parlait avec ses pieds et enseignait avec ses doigts » 

Ce que le français dit en nous rappelant que du mot « signe » dérive le mot « enseignement » et le verbe « enseigner » et que « l’index », ce doigt qui nous sert à montrer, à faire signe, donc à renseigner et enseigner, s’appela un jour « enseigneur » ! Poétique, n’est-ce pas ? 

Rapport du langage et du corps qui s’est perpétué dans les arts du théâtre et en particulier dans le mime et on l’oublie trop souvent dans la manière de s’exprimer des malentendants.

Mais il fallut attendre les derniers siècles pour que ce langage pratiqué par les personnes malentendantes ou sourdes soit reconnu comme une langue à part entière avec son lexique, sa syntaxe et sa grammaire, création linguistique dont on ne mesure sans doute pas toujours l’ampleur, la profondeur, la richesse et l’importance. 

Et c’est tout le mérite du nouveau film de Nurith Aviv intitulé « Signer » de nous introduire dans ce monde surprenant et attachant. 

Un film qui offre une part d’humanité oubliée et qui fait écho à celle lettre de Victor Hugo à Ferdinand Berthier datant du 25 novembre 1845 : « Qu'importe la surdité de l'oreille quand l'esprit entend ? La seule surdité, la vraie surdité, la surdité incurable, c'est celle de l'intelligence. »

Nurith Aviv et Marc-Alain Ouaknin

Nos derniers articles

Yom invente une liturgie contemporaine inédite, à la croisée des traditions juive et chrétienne, en faisant dialoguer sa clarinette avec les grandes orgues de Baptiste-Florian Marle-Ouvrard.
L’ICCJ (International Council of Christians and Jews) assure la coordination entre 38 organisations nationales consacrées au dialogue judéo-chrétien. L’Amitié Judéo-Chrétienne de France en fait partie.