L’antijudaïsme de Luther,

L’antijudaïsme de Luther,

Luther

 et comment les protestants ont courageusement affronté la question.

Cette semaine, La Vie célèbre le 500e anniversaire de la Réforme, qui a lieu cet automne puisque c’est en 1517 que Luther rédigea ses fameuses 95 thèses contre la pratique catholique des indulgences. Dans un entretien recueilli par Isabelle Francq, le théologien protestant Marc Lienhgard explique pourquoi les questions posées par Luther étaient « unanimement reconnues aujourd’hui ».

J’aimerais revenir sur cette question. En effet, un aspect moins gratifiant de la biographie de Luther est rarement évoqué. Séjournant dans les Vosges, je me suis procuré une remarquable Déclaration de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL). Le même Marc Lienhard, pasteur, théologien et historien, professeur émérite de l’université de Strasbourg, y examine sans faux-fuyant le « regard porté par Luther sur les juifs ». Dans le même recueil, ­Christian Albecker, président du conseil de l’Union des Églises réformées d’Alsace et de Lorraine, juge nécessaire une telle démarche : « Nous ne pouvions pas célébrer les 500 ans de la Réforme en faisant l’impasse sur les terribles écrits judaïques de la fin de la vie du grand réformateur allemand. » En 1543, trois ans avant sa mort, Luther publia des textes néfastes, dont le titre est explicite : Des juifs et de leurs mensonges.

« On trouve dans ces pages, écrit ­Lienhard, la résurgence d’un antijudaïsme primaire », usuel au Moyen Âge. Certes, l’antijudaïsme ne se confond pas avec l’antisémitisme, mais il y conduit. De son côté, le protestant Philippe Richert, ex-président de la région Grand Est, rappelle que quand Goebbels mit en chantier en 1940 le film antisémite le Juif Süss, le scénariste n’eut pas à chercher bien loin. Il puisa abondamment dans les textes de Luther dont on trouve quantité de citations (non référencées) dans le film.

Plus grave encore, une frange du protestantisme d’Outre-Rhin, les Chrétiens allemands, fondés par le pasteur Hirsch, se rallièrent au national-socialisme dès 1932, ils s’appuyèrent sur les textes les plus hostiles aux juifs de Martin Luther. C’est contre ce ralliement au nazisme que luttèrent, au péril de leur vie, de grandes figures du protestantisme allemand comme Dietrich ­Bonhoeffer, Karl Barth ou Paul Tillich. Ceux-là recommandaient – comme Luther plus jeune, et pas encore gagné par cet antijudaïsme haineux – de s’inspirer du seul texte évangélique. Philippe Richert conclut en ajoutant : « Ensemble, juifs et protestants, catholiques, bouddhistes et musulmans, avec ceux qui croient au ciel et ceux qui n’y croient pas, osons regarder notre histoire en face. » 

Lire la suite 

JEAN-CLAUDE GUILLEBAUD, JOURNALISTE, ÉCRIVAIN ET ESSAYISTE publié le 17/10/2017 Suivre LA VIE sur FACEBOOK 

A lire également la Déclaration condamnant les écrits anti judaïques de Luther,
Conférence de Marc Lienhard et déclaration publique Mercredi 7 juin 2017