Rosh ha-Shana 5778, vœux du Président

Rosh ha-Shana 5778, vœux du Président

Chana tova

Chères amies, chers amis, 

​Voici qu’une nouvelle année, 5778 selon le comput traditionnel, s’additionne à la longue histoire juive. Et chaque année, les fêtes apportent un nouvel élan d’espérance, une nouvelle énergie pour repartir plus fort. La première d’entre elles, Rosh ha-Shana, invite à une teshouva renouvelée, un accueil du projet divin pour la communauté ; cela conduira à la grande réconciliation de Kippour, puis à Souccot, où le souvenir du séjour des ancêtres dans le désert ouvrira les perspective de la rédemption finale qui, d’Israël, s’étendra aux nations. 

​Au sein de l’Amitié Judéo-Chrétienne, nous, chrétiens, nous nous unissons de tout cœur, à votre démarche spirituelle, chers frères juifs, sachant que votre destin est vital aussi pour nous. 

​Chaque année donc, il nous faut donc repartir, et affronter de façon très réaliste, forts des convictions qui nous animent, les forces ténébreuses qui n’ont pas manqué de se manifester au cours de l’année écoulée. Je me permets d’énumérer quelques faits :

​Le 13 octobre 2016, lendemain de Yom Kippour, une déclaration de l’UNESCO passait sous silence le lien du peuple juif avec Jérusalem, n’employant que des termes arabes pour désigner les lieux saints. Déjà, le 16 avril précédent, une décision de l’Unesco requalifiait les tombeaux des patriarches et de Rachel comme patrimoine exclusivement palestinien. Heureusement, des protestations officielles, catholiques et protestantes, se sont élevées du côté chrétiens, y compris celle de l’AJCF. Plus récemment, une déclaration du 2 mai 2017 a été ressentie par Francis Kalifat, Président du CRIF, comme une décision « qui nie aux Juifs et à l’État d’Israël leur histoire à Jérusalem », et donc aussi la nôtre à nous chrétiens.Le meurtre de Sara Halimi, 4 avril 2017, s’imprime dans les mémoires comme un acte antisémite. Tout récemment, le 11 septembre 2017 à Livry-Gargan, l’agression antisémite très violente d’une famille juive rappelle que l’inquiétude est justifiée. Surtout, nous n’ignorons pas la volonté de délégitimer Israël qui sous-tend le mouvement BDS ; nous y reconnaissons une expression authentique de l’antisémitisme.

​Dieu merci, des courants contraires et encourageants existent aussi. Chez les chrétiens, un nouveau regard sur leurs frères juifs s’est imposé au cours des dernières décennies, et du côté juif s’est exprimée tout récemment une reconnaissance éclatante de ce changement. Vous retrouverez des textes qui en témoignent dans le prochain numéro de Guesher. 

​Conscients de ces progrès, mais aussi de la situation actuelle dans notre société, nous avons choisi de proposer une série de conférences qui nous aideront à mieux saisir encore la réalité actuelle de l’antisémitisme, et à y répondre. La liste en est donnée sur Guesher. La dernière de ces conférences portera sur les « Justes », afin de terminer sur une note positive d’espérance. 

​Une forme très conviviale nous est offerte d’inaugurer cette année d’amitié en participant au repas sous la Soucca organisé par le B’nay B’rith le lundi 9 octobre à 20h30 (35,00 €), dans la cour de la Grande Synagogue, 13 quai Tilsitt. Ceux d’entre nous qui ont déjà fait cette expérience s’en félicitent.

​Enfin, n’oubliez pas de retenir la date de notre prochaine Assemblée Générale : 

Mercredi 18 octobre, 

Maison diocésaine, 

6, Avenue Adolphe Max, Lyon 2e, 18h30.

Il est nécessaire, si vous ne l’avez encore fait, de vous mettre à jour de votre cotisation de 35 € ; elle vous donne le droit de vote pour les décisions qui seront prises. L’Assemblée Générale est en outre une excellente occasion de nous rencontrer en début d’année, de faire ou refaire connaissance, autour de quelques pâtisseries et rafraîchissements qui seront offerts. 

​Encore une fois, meilleurs vœux à nos amis juifs pour cette année 5778 ; puisse une même espérance nous faire progresser dans l’amitié. 

Jean Massonnet

Président de l’ AJC Lyon