Sœur Brigitte Martin Chave nds 27 avril 1946 – 16 octobre 2015

Sœur Brigitte Martin Chave nds 27 avril 1946 – 16 octobre 2015

bmc

Le 16 octobre 2015, sœur Brigitte Martin Chave, religieuse de Notre Dame de Sion décédait brutalement. Peu de temps auparavant, elle avait écrit ces mots sur le site web de sa Congrégation qu’elle avait entièrement créé et animait :

« …être tout entier présent à nos rencontres, nos gestes et nos actes, c'est déjà donner du poids à nos journées. Relire à la lumière de l'aujourd'hui les temps forts de notre existence dans l'espérance de ce qui va venir, tel est aussi le chemin pour bien vivre le temps. Offrir et célébrer le moment présent pour lui donner sens, «être dans l'instant avec celui qui est dans l'éternité».

Religieuse atypique a-t-on pu dire… « indépendante, libre mais fidèle ». « Ses dons étaient multiples. Elle avait un esprit large et ouvert aux idées nouvelles. Elle avait toujours une idée différente des autres. Brigitte était une soeur de Sion avec un caractère original, mais elle a mené une vie fidèle à la Congrégation et au charisme. Elle avait les relations judéo-chrétiennes au fond de son coeur et elle voulait amener d’autres à les partager avec nous » (Témoignage du conseil général de NDS).

Brigitte a passé plus de la moitié de sa vie à Lyon sans renier ses racines marseillaises dont elle gardait l’accueil chaleureux, l’enthousiasme créatif. Par héritage familial, elle avait l’œil : l’œil de l’architecte, le goût de l’ordonnancement, le goût du beau ! On l’orienta vers le métier de photographe. Et ensemble, avec sœur Magda et la petite communauté des sœurs de la rue du Plat, elle créa un atelier audio-visuel où furent produits des montages de plus en plus performants. Ils visaient à faire connaître ce que Nostra Aetate : « L’attitude de l’Eglise envers les religions non-chrétiennes » : le document phare du Concile Vatican II pour le dialogue interreligieux et charte du dialogue avec le judaïsme, charte adoptée par les sœurs de Notre Dame de Sion.

Avec toute sa communauté, elle s’engagea dans les relations avec le peuple juif à Lyon. Dès son début, elle a soutenu le Centre chrétien pour l’étude du judaïsme fondé en 1990 en la Faculté de Théologie. Elle était aussi un membre actif de l’Amitié judéo-chrétienne.

Mais la grande aventure de sa vie, ce furent certainement les 30 années de sa participation à Radio Fourvière devenue ensuite Radio chrétiennes de France. Les auditeurs auront entendu tant de fois sa voix dans les émissions : Connaître le judaïsme. Elle y brisait en douceur une image du judaïsme chargée d’a priori, voire de préjugés pour faire émerger un autre visage, inconnu à beaucoup.

Puis l’émission : Les Maitres spirituels où elle donnait à découvrir, à goûter, les écrits d’un Jean Sullivan, de Maurice Zundel, d’Etty Hillesum ou aussi du cardinal Martini.

Dans les dernières années, elle reprit le cours de « Bible, Art et histoire » inauguré par Magda, révélant à leur auditoire des trésors d’art en relation avec l’Ecriture et situés dans l’histoire du temps, ouvrant des chemins originaux que d’autres suivront.

On ne peut tout dire d’une vie : les multiples engagements, les amitiés nouées ici et au delà de l’hexagone… Magda, Brigitte, l’une épaulant l’autre, ont eu le génie de pressentir très vite des chemins nouveaux, originaux, et y ont engagé leur culture, leur savoir-faire et… leur passion.

 

Voici ce que disait Brigitte au moment de son engagement perpétuel dans sa Congrégation, le 14 mars 1976 : « Donne-moi de vivre tous les jours de ma vie dans ta Lumière jusqu’au jour où à mon tour transfigurée je Te verrai Face à Face ».

 

Sr Anne Denise Rinckwald nds