Les différents jeûnes dans le judaïsme

Les différents jeûnes dans le judaïsme

jeune

D'une manière générale, tous les jeûnes commencent au lever du jour et se terminent à la tombée de la nuit, sauf ceux de Yom Kippour et du 9 Av. Ces 2 derniers durent 25 heures, du coucher du soleil la veille, à la tombée de la nuit.

Aucun jeûne ne peut avoir lieu un Chabbat. Lorsque la date d'un jeûne est prévue selon le calendrier un Chabbat, le jeûne est reporté au lendemain, c'est-à-dire, dimanche. Si ce dimanche est un jour de fête, comme par exemple Pourim ou Pessa'h, le jeûne est avancé à jeudi.

Quant au jeûne de Yom Kippour il reste maintenu un Chabbat.

Les jeûnes, c'est quoi ?

 

On peut diviser les jeûnes du calendrier d'Israël en quatre catégories :

Le jeûne de la Torah : Kippour.

Les jeûnes liés à la destruction de Jérusalem et à l'exil : 3 tichri, 10 tévet, 17 tamouz, 9 av.

Les jeûnes liés à d'autres événements historiques : le jeûne des premiers-nés (souvenir de la sortie d'Egypte), le jeûne d'Esther.

Les jeûnes privés : évènement familial ou personnel.

 

Le sens des jeûnes

 

Il existe des jours durant lesquels la communauté d'Israël jeûne à cause des malheurs qui touchèrent nos ancêtres et afin de réveiller les cœurs vers les chemins de la repentance. Cette conduite nous rappellera nos mauvaises actions identiques à celles de nos pères, et qui furent la cause de nos souffrances. Par le souvenir de ces évènements nous pourront revenir en nous améliorant ainsi qu'il est dit : Ils confesseront leur faute ainsi que la faute de leur père. "
(Rambam Lois du Jeûne. V, 1)

 

Ainsi pour notre maître Rambam, il s'agit d'évoquer la faute de nos pères que dans un seul but : prendre conscience que nous n'agissons pas mieux qu'eux, et que si nous avions vécu en 70, nous aurions vu le Temple et Jérusalem détruits sous nos yeux. C'est pourquoi ces jours sont des temps d'une introspection intérieure, de bilan moral et spirituel afin de revenir vers Hachem, car le jeûne n'est pas un but en soi, mais un moyen de se repentir. Ainsi qu'il est dit à propos des Ninivites : " Et Hachem vit leurs actions " et le Talmud (Taanit 16a) de commenter : " Il ne vit pas les sacs ni le jeûne, mais leurs (bonnes) actions ".

C'est pourquoi, on n'utilisera pas ce jour pour flâner ou se consacrer à des futilités, même si on ne peut s'absenter de son travail, on évitera les vains bavardages, car l'essentiel n'est pas dans le jeûne mais dans la prise de conscience de son éloignement d'Hachem et dans le désir de faire le bien selon Sa volonté. Tel est le sens de cette mitsva instituée par nos prophètes (sur eux la paix) de jeûner le 17 tamouz, le 9 av, le 3 tichri et le 10 tévet.

Mais ces jeûnes doivent aussi nous rappeler l'unité du peuple d'Israël et la valeur de Jérusalem comme le cœur même de cette unité. C'est pourquoi chacun réfléchira durant cette période aux trois piliers de notre identité, comme cela est mentionné par rabbi Yéhouda Halevi dans son Kouzari : am Israël, torat israël et erets israël, le peuple, la Torah et la Torah d'Israël.

Et que l'Eternel (que son nom soit exalté) réalise la promesse annoncée par le prophète Zacharie (sur lui la paix) et qu'Il transforme les quatre jours de deuil en jours de joie et d'allégresse

 

Les différents jeûnes

Guedalia

Kippour

10 tévet

Jeûne d'Esther

Jeûne des premiers nés

17 tamouz

9 av

Jeûne privé