Dimanche des Rameaux dimanche 25 mars 2018

Dimanche des Rameaux dimanche 25 mars 2018

Les prêtres portent des vêtements liturgiques rouges, couleur de la gloire royale et du sang versé.

« Le Christ Jésus s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix » Saint Paul aux Philippiens, chapitre 2, verset 8.

Ce dimanche des Rameaux et la Semaine Sainte permettent de suivre Jésus en sa Passion, sa mort et sa Résurrection pour redécouvrir l’amour infini dont chacun est aimé.

Le triduum pascal :
- Le Jeudi Saint : Institution de l’Eucharistie
- Le Vendredi Saint : Passion et mort de Jésus
- Vigile Pascale et le dimanche de Pâques : Résurrection de Jésus.

Découvrir également le dépliant de la Semaine Sainte
Des Rameaux à Pâques, une semaine pour revenir à Dieu

 

Six jours avant la Pâque juive, Jésus retourne à Jérusalem. La foule a tapissé le sol de Rameaux verts pour acclamer Jésus lors de son entrée dans la ville. C'est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, oliviers, lauriers ou palmiers, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Paques du peuple de Dieu à la suite du Christ.

Le dimanche qui précède la fête de Pâques, appelé « dimanche des Rameaux et de la Passion », l'Eglise célèbre solennellement, avant la messe, l'entrée messianique du Seigneur à Jérusalem, telle que les quatre évangiles la rapportent : « La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » (Jn 12, 12-13). Ces paroles sont chantées comme Antienne d'ouverture au lieu, différent de l'église, où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux (en Occident, il s'agit ordinairement non de palmes, mais de buis ou de lauriers) ; le diacre ou, à son défaut, un prêtre, lit le récit évangélique de l'entrée messianique de Jésus et l'on se rend en procession jusqu'à l'église. La messe de la Passion commence alors par la Prière d'ouverture. La tradition chrétienne veut que l'on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.

Source : Dom Robert Le Gall - Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Nous entrerons dans la Semaine sainte par le porche que constitue la fête des Rameaux.
Ne sommes-nous pas, chrétiens, plus souvent que nous ne le pensons, cette foule des Rameaux ? Celle qui acclame le Fils de David en jetant manteaux et branches d'arbres sur le passage de l'étrange cortège : Le Maître monté sur une anesse, et ses disciples, dont la peur et le trouble intérieurs ne sont guère atténués par le fragile enthousiasme d'un instant. Et ils ont raison les disciples... car la foule est changeante et ils n'en sont pas très éloignés. L'histoire est riche en exemples de retournements de la foule. Elle met rapidement à mort ceux qu'elle a encensés. Elle vous redresse en un tour de main ceux qu'elle avait ignorés. Le seul qui ne se fait guère d'illusion c'est bien - à cet instant de l'évangile - celui qui la connaît le mieux et qui lui a si souvent parlé. Il ne l'a pourtant jamais flattée, il ne lui a pas fait de fausses promesses. Il l'a même parfois rudoyée mais toujours au nom de cette vérité et de cette justice dont il était, au nom de Dieu, le messager et même, beaucoup plus, l'incarnation et la présence. Il a guéri ses malades, nourri ses affamés, rendu leur visage et leur nom à ses anonymes. D'ailleurs, pas d'inquiétude apparente... Pour l'heure ils sont là . C'est à celui qui crie le plus, qui chante plus fort que les autres, qui trouve le meilleur qualificatif : « Envoyé du Seigneur, Prophète, Fils de David » et j'en passe sûrement... à l'applaudimètre de la foule, Jésus est vainqueur. Il ne sera pas arrêté. Pensez donc ! Elle réagira, la foule, elle fera barrage... Vous la sonderiez sur le champ qu'elle serait ébahie, la foule, si vous envisagiez la moindre menace pour celui qui lui a rendu espoir et courage. Mais elle changera rapidement d'avis et réclamera la mort, quitte à verser quelques larmes, en se frayant une place sur les bords du chemin qui conduit au Golgotha. Nous sommes, encore aujourd'hui, cette foule qui acclame et qui condamne. Tous, à différents niveaux, sous différents visages. Sans exception... Et si, dans cette foule, avaient lieu quelques actes de conversion ? Ils suffiraient sûrement pour proclamer, à la face du monde, que les paroles et les actes de celui que l'on a crucifié, en dépit des violences ou des ralliements à ceux qui veulent la mort du juste, sont le signe que l'Amour peut traverser le pire, pour être, parce qu'il s'agit de Dieu, source et don de la vie éternelle...

Mgr André Dupleix Secrétaire général adjoint de la Conférence des Evêques de France Billet paru dans le Courrier hebdomadaire, mars 2008

Nos derniers articles

Le 1er septembre dernier, le Frère Louis-Marie Coudray succédait au Père Patrick Desbois au titre de directeur du Service National pour les Relations avec le Judaïsme de la Conférence des Évêques de Franc
On fête l'Ascension, c'est-à -dire l'élévation de Jésus Christ au Ciel. L'Ascension est l'une des principales fêtes chrétiennes.
Cette année, les subtilités du calendrier liturgique de l’Église catholique font que l’Annonciation, fêtée en principe le 25 mars – 9 mois avant Noël – aurait dû tomber le dimanche des Rameaux.
Cette année comme en 2012, Pessah, la Pâque juive et Pâques se fêtent presque en même temps