La fête de la circoncision de Jésus

La fête de la circoncision de Jésus

circoncision

Circoncision du Christ - orthodoxie.com

EXTRAITS DE FRANCE CATHOLIQUE

Avant le Concile Vatican II, le 1er janvier correspondait à la fête du Nom de Jésus et de la Circoncision. Des représentations iconographiques nombreuses existent de la circoncision de Jésus Enfant. Le Concile a préféré honorer la Maternité divine de Marie. Mais cinq exégètes ont adressé à Benoît XVI une requête en vue d’un éventuel rétablissement de la fête liturgique de la Circoncision, soulignant qu’elle n’est pas incompatible avec celle la Maternité de Marie, au contraire. Pourquoi une telle demande ? Au nom du réalisme de l’Incarnation, et de la reconnaissance de la judéité de Jésus ? De la tradition liturgique ? Pas seulement.

L’évangéliste Luc – peut être le plus « grec » pourtant des quatre évangiles - est le seul à mentionner la circoncision de Jésus : « Quand, après huit jours, il fallut circoncire l’enfant, on lui donna le nom de Jésus » (Luc 2, 21) .

Ces 5 exégètes sont bien connus des biblistes : Georg Braulik, o.s.b., Norbert Lohfink, s.j., Gerhard Lohfink, Jean Radermakers, s.j., Christian Rutishauser, s.j. (rédaction). Et ils argumentent. Au moment où l’on attend la publication du deuxième livre de Benoît XVI sur Jésus, qui sera justement consacré aux Evangiles de l’Enfance, leur réflexion est particulièrement intéressante......

...... On se souvient aussi que dans son livre « Lumière du monde », Benoît XVI choisit d’employer l’expression « nos pères dans la foi » pour parler des juifs, qu’il préfère à l’expression « nos frères aînés » employé par Jean-Paul II à la grande synagogue de Rome en 1987.....

....  Dans ce temps de Noël, revenons donc aux arguments de nos exégètes qui lancent un appel, dans leur requête à Benoît XVI, en faveur du « rétablissement de la fête de la Circoncision du Seigneur le 1er janvier, associée à la fête de l’imposition du Nom de Jésus et de Marie, Mère de Dieu ». L’intitulé dit clairement qu’il ne s’agit pas non plus d’effacer la volonté du Concile. Mais de conserver à la solennité du 1er janvier toute la profondeur de la tradition.

Le mystère total du Christ

Leur premier argument, c’est que la Circoncision est un « mystère de la vie du Seigneur » qui aide à « l’intelligence croyante du mystère total du Christ ». Ils insistent sur l’importance de la séquence liturgique « Nativité – Circoncision – Présentation au Temple » (Lc 2,1-39) parce qu’elle est « constitutive de l’intelligence du mystère de l’Incarnation », dans l’« accomplissement des promesses ». Ils la mettent en parallèle avec la séquence « Pâques – Ascension – Pentecôte » (en Luc–Actes) pour le « mystère de la Rédemption pascale ».

Ancienne et Nouvelle Alliance

.... 

Le Circoncision et le Nom

En outre nos exégètes soulignent al lien entre les deux événements de la Circoncision et de l’imposition du Nom de Jésus au 8e jour, selon la tradition juive .....

....

Œcuménisme et dialogue interreligieux

Les auteurs soulignent le bénéfice « œcuménique », qu’on en tirerait : « Les Églises d’Orient ont conservé la fête de la circoncision de Jésus huit jours après sa naissance », et donc le 14 janvier. Dans l’Eglise catholique latine, la fête a été maintenue à Milan par le rite ambrosien.

Ils en soulignent aussi le bénéfice dans les relations avec le judaïsme dans la mesure où ce serait une autre façon d’affirmer le « respect pour l’identité juive de Jésus » non plus seulement du fait de sa naissance, mais aussi de « son entrée par la circoncision dans l’Alliance conclue par Dieu avec ses pères, Abraham, Isaac et Jacob ».

Lire l'article entier sur le site FRANCE CATHOLIQUE

 

Pourquoi fêtons-nous à notre époque la circoncision du Seigneur ?

Sur le site du monastère Sretensky, le Père Job Goumerov explique pourquoi l’Église fête la Circoncision du Seigneur (le 1er/14 janvier). Le site ORTHODOXIE nous propose la traduction française de cet article.

Nos derniers articles

Le 1er septembre dernier, le Frère Louis-Marie Coudray succédait au Père Patrick Desbois au titre de directeur du Service National pour les Relations avec le Judaïsme de la Conférence des Évêques de Franc
On fête l'Ascension, c'est-à -dire l'élévation de Jésus Christ au Ciel. L'Ascension est l'une des principales fêtes chrétiennes.
Cette année, les subtilités du calendrier liturgique de l’Église catholique font que l’Annonciation, fêtée en principe le 25 mars – 9 mois avant Noël – aurait dû tomber le dimanche des Rameaux.
Cette année comme en 2012, Pessah, la Pâque juive et Pâques se fêtent presque en même temps