Le Carême, c'est quoi ? Se réjouir du carême, quelle folie ! (chez les catholiques et chez les protestants..)

Le Carême, c'est quoi ? Se réjouir du carême, quelle folie ! (chez les catholiques et chez les protestants..)

careme

Le Carême est un temps important dans la vie des chrétiens. Il fait d'un itinéraire plus long qui les conduit du Mercredi des Cendres le 14février ,en passant par Pâques le 1 avril à la Pentecôte, le 20 mai.

- Mais pour quoi faire ?

Carême vient d'un mot latin qui veut dire quarante. Le Carême, ce sont 40 jours pour se préparer à la fête de Pâques. C'est évidemment un chiffre symbolique qui fait référence aux quarante semaines nécessaires pour pour donner la vie à un enfant et on retrouve souvent ce chiffre dans la Bible : les 40 jours du Déluge , les 40 jours que Jésus passe dans le désert pour affronter la tentation. 40 jours, c'est ainsi un temps de mûrissement, de gestation, un itinéraire, un chemin vers...

 

Mais en réalité, c'est plus compliqué que cela:

d'abord si on compte bien on s'aperçoit que du Mercredi des Cendres à Pâques on a 46 jours !
Et effet, quand on parle de 40 jours c'est en ne comptant pas les dimanches, car le dimanche, le Carême est interdit : c'est un jour où ne ne jeûne pas, c'est la fête du Seigneur.
Ensuite, si on regarde le chemin dans son ensemble, on doit ajouter au Carême les 50 jours après Pâques qui nous conduisent à la Pentecôte. Ainsi, le Carême est un premier temps, qui est proposé aux chrétiens pour vivre une transformation (qu'on appelle une conversion).
On entend par là une mise en condition pour essayer d'être plus vrai, face à Dieu, face aux autres et face à soi-même.
Quand on pense Carême on pense tout de suite au jeûne. Pourtant le Carême, ce n'est pas seulement le jeûne.

 

Le Carême, Se réjouir du carême, quelle folie !

Réjouissons-nous, nous entrons en carême ! Mais, le carême, n'est-ce pas les privations, le jeûne, l'abstinence, le renoncement aux joies terrestres pendant quarante longs jours ? Comment pourrions-nous nous réjouir de cette coupe franche dans nos habitudes ?
Et bien si, justement. L'expression entrer en carême est une réalité bien concrète : cette période n'est pas une fin en soi, elle s'inscrit dans une démarche, comme un pèlerin prendrait la route. Le carême est essentiellement une période de préparation à la fête de Pâques.
Grace à une démarche de repentance pour nos péchés, nous nous préparons à la vie nouvelle que le Christ nous offre, lui qui est déjà ressuscité et présent au milieu de nous. Le carême nous fait (re)prendre conscience de notre chance d'être chrétien. Il nous appelle à faire le vide pour mieux nous concentrer sur l'essentiel. Il est avant tout une invitation à nous remettre régulièrement sous le regard de Dieu pour que nous puissions réaliser pleinement son amour pour nous.
Comment ne pas se réjouir de cette chance qui nous est offerte de tourner de nouveau notre regard vers le Seigneur ? Un regard purifié grace au soutien de la prière, du jeûne et du partage. Un regard que le Christ nous renvoie dans son amour en nous rappelant : « Je suis le chemin, la vérité, la vie. Qui vient à moi n'aura plus jamais soif. »
Réjouissons-nous ! Faisons de ce carême une période de fête, soyons des chrétiens joyeux, heureux de répondre à l'invitation du Seigneur. Alors, nous pourrons tous ensemble nous attabler au Festin et chanter tous ensemble dans 40 jours : Alleluia, Christ est ressucité ! Il est vraiment ressuscité ! Osons le dire : il est temps de savourer le Carême !
 

SOURCE: Diocèse de Versailles

 

 

LE CAREME POUR LES PROTESTANTS

Contestation des pratiques de la pénitence et de la valeur du jeûne

Le carême pour les protestants n'a aucune racine biblique.
La Réforme n'impose pas la pratique de la pénitence. Elle est opposée au jeûne obligatoire.
Il y a eu de vifs conflits avec les protestants au sujet des pratiques de la pénitence.
Clément Marot, versificateur de psaumes de la Réforme, a été emprisonné au Chatelet en 1526 pour avoir mangé du lard pendant ce temps.‚
Quelle peut‚ être la valeur du jeûne s'il est pratiqué par habitude, ou pire, tenu pour une œuvre de salut ?‚
Les protestants ne fêtent pas le mercredi des cendres.
Le carnaval et le mardi gras n'ont donc pas de place dans les régions protestantes.
Le carême est tombé en désuétude chez les protestants.

Renouveau protestant du sens spirituel du carême

Actuellement, le carême pour les protestants a un sens spirituel. Ils ne contestent pas son importance pour la spiritualité. Les églises de la Réforme ont la volonté de marquer ce temps par l'organisation de nombreuses actions incitant le croyant à aller vers les autres; sous formes de don ou d'action humanitaire par exemple. Ce renouveau s'exprime différemment chez les réformés et les luthériens.

 

Les conférences du carême protestant

Dans l'église Réformée, le pasteur Boegner a inauguré les prédications de carême dans sa paroisse en 1928.
Les conférences de carême sous le titre "Carême protestant" existent depuis 1981.
Pendant les 6 dimanches de carême précédant le Vendredi saint, une conférence est diffusée‚ à 16 heures‚ sur Radio France culture,‚ puis sur Fréquence Protestante depuis 2004.‚
Le carême protestant rediffusé est devenu un moment très attendu.
Les prédications de carême protestant aident au cheminement spirituel de chacun.
 

 

Les thèmes du carême protestant‚

Les thèmes du carême protestant était en 2007 "Si nous pouvions parler de Dieu", en 2008 "Etranges témoins de la passion" en 2009 "A la découverte de Calvin" qui comportait six conférences sur Calvin. En 2010, le carême protestant a pour thème "Un laissez-passer pour la vie" avec le dialogue d'un couple de théologiens.

Selon les luthériens

Chaque année, l'église luthérienne propose deux actions durant cette période. l'une soutient l'église évangélique au Maroc pour aider les migrants qui tentent de rejoindre l'Europe et les étudiants africains en difficulté ; l'autre est la Mission évangélique parmi les sans logis. - Certains luthériens ont leur manière de vivre le carême protestant. Ils peuvent décider de jeûner pendant cette période .
D'autre part chez les luthériens, l'inspection ecclésiastique de Paris propose depuis quelques années le geste de l'imposition des cendres au cours d'un culte régional. « Au début, nous avons hésité, mais il nous a semblé que ce geste avait un sens très fort,‚ explique Marie-France Robert, inspectrice ecclésiastique. Nous le vivons comme un geste de pénitence, au cours d'un service qui invite à se placer en vérité devant Dieu. » Les textes bibliques du mercredi des Cendres sont les mêmes que ceux de la liturgie catholique, mais les luthériens n'y célèbrent pas la Sainte Cène, « car nous sommes ce jour-là dans une démarche de pénitence et d'attente », indique Marie-France Robert.

Nos derniers articles

Yom invente une liturgie contemporaine inédite, à la croisée des traditions juive et chrétienne, en faisant dialoguer sa clarinette avec les grandes orgues de Baptiste-Florian Marle-Ouvrard.
L’ICCJ (International Council of Christians and Jews) assure la coordination entre 38 organisations nationales consacrées au dialogue judéo-chrétien. L’Amitié Judéo-Chrétienne de France en fait partie.